Rallye de Matour

Résumé par Tone, le pilote
Rallye de Matour 2009
Tout à commencer vendredi où après être revenu de 15 jours de vacances, j’arrive à Ozolles chez mes parents où je me suis décidé à tout vérifier sur l’auto ( freins, purge, serrages, etc … ) pour être tout de suite en confiance dès la 1ere ES car je savais que la bagarre allait être rude.

Samedi matin, je retrouve Tom pour les recos: ES 1 pas de soucis mais attention aux services de gendarmerie qui sont partout. Par contre l’ES 2 est recouverte d’un « nouveau » revetement avec une belle couche de gravier et il n’est pas difficile de comprendre que ça ne tiendra pas longtemps.

Samedi après midi, vérifications comme d’hab sans encombre puis retour à Ozolles où l’on regarde l’étape du tour de france puis devant un bon apéro, on regarde une vieille vidéo de 1996 avec au programme Brionnais, Cote Chalonnaise et Matour avec un passAge sur la bosse de Dyo mémorable avec la Sunbeam.

Dimanche: la nuit a été courte. Tom et moi partons pour voir passer les 1ers à Etiveau ( ça va vite !!! ) puis nous retrouvons François, Guy et Chantal pour installer l’assistance.

ES1: il est clair qu’il ne faut rien lacher mais la « revision » puis un bon essai de vendredi m’ont mis en confiance et je sais que l’auto se comportera bien. Après avoir vérifier mes pressions lol! c’est parti et cela se passe super bien, le rythme est bon pour tous les 2 et ça paie puisque nous faisons le temps de classe pour 0.1s devant Deal et 0.7s sur Paulin en étant à 1s de notre meilleur temps de cette ES.

ES 2: le revetement est déjà bien attaqué après le passage d’une centaine de voitures et dans le 1er gauche serré, l’AR décroche d’un coup comme au temps de la Sunbeam mais les reflexes sont toujours là comme quoi c’est comme le vélo, ça ne s’oubli pas le pilotage d’une propulsion. Plus nous avançons dans la spéciale, plus le goudron est fondu et à 3 reprise l’AR se barre: c’est chaud mais nous gardons le contact avec le 2eme temps de l’ES à 1.5s de Deal, Vallet et Paulin sont pas loin derriere.

ASSISTANCE: RAS mis à part que Alain Pneus nous avait promis, suite à ses conseils le samedi, de faire tourner les pneus AV gratuitement en échange d’un autocollant sur l’auto, reste à savoir si cela portera ces fruits.

Nous sommes à ce moment là 2eme à 1.5 s de Deal, Vallet est 2 s derriere nous et Paulin à 4 s

ES 3: même rythme qu’au 1er passage et ça paie toujours puisque nous ne perdons que 0.5 s sur le temps du matin sachant que le goudron commence à fondre. Nous reprenons 0.3 s sur Deal et 3 s sur Vallet mais Paulin nous met 5s, pulvérisant au passage le record de cette ES de 3 s !!!!! en fait au 1er tour il a été géné par le concurrent partant devant lui. On s’attend alors à ce qu’il recommence dans la 4.

ES 4: c’est un vrai « casse auto » : les 3 premiers kms sont ravagés et c’est une patinoire. Ne voulant pas casser l’auto, je décide d’être le plus propre possible mais au bout de 1km, le témoin de batterie s’allume et me déconcentre. Je sais que la courroie d’alternateur s’est fait la malle. Du coup je n’écoute plus les notes, j’essai de ne pas trop tirer sur la mécanique, je sais que je n’ai pas de courroie de secours, …… enfin, je me pose beaucoup trop de question, est-ce que ça va tenir …. le temps est bien sur mauvais puisque Paulin nous met 11s, Deal 8 et Vallet 6.

A l’entrée du CH d’assistance, je lance un SOS: qui peut me donner une courroie ? et là, la formidble ambiance de cette classe fait le reste. Ils ne sont pas moins de 5 à vouloir me donner l’objet tant convoité. J’ai même cru qu’ils allaient se battre…. à l’assistance, Guy, Berclau et notre cher président nous change la courroie en un temps record et c’est reparti. Nous sommes repassés 4 de classe mais nous ne sommes qu’à 2.9 s de Vallet pour la 3eme place, Paulin et Deal sont désormais trop loin, d’autant que la 6 est annulée. Il ne reste qu’une ES pour remonter 3eme.

ES 5: il faut tout lacher, prendre des risques pour ne pas avoir de regret. Une poignée de main chaleureuse et respectueuse est serrée avec Vallet: que le meilleur gagne. C’est la grooooosssssse attaque, je pousse la voiture du mieux que je peux, je la motive et je sais à l’arrivée que nous avons tout donner. Quel sera le temps ? est ce que ça suffira ? mais tout de suite c’est « l’horreur »: 20 m après l’arrivée, Je vois Vallet arrété, capot ouvert. On s’arrète et la face avant est enfoncée, radiateur percé. Il nous explique que la 309 garée juste après l’arrivée depassait à moitié de la route et comme il avait pris l’habitude de se laisser mourir vers l’exterieur, il lui est rentré dedans. C’est fini pour lui, il ne peut repartir et nous recupérons à ce moment là la 3eme place mais je veux connaitre son temps car je ne veux pas lui voler cette place comme ça, je veux être réglo. Malheureusement, j’apprendrai au podium qu’il manquera que trés peu mais il aurai fini devant nous. C’est la course certains m’ont dit.

Bilan de ce rallye:
– tout s’est super bien déroulé, l’auto est toujours une merveille.
– nouveau podium cette année, que demander de mieux.
– merci à tous d’avoir été là pour nous soutenir et nous assister.
– l’état de la route de la 2 ne nous a pas permis de prendre du plaisir et j’ai dit ce que j’avais à dire au podium après le 1er tour.
– merci aux frères JULIEN ne nous avoir dépanner de la courroie.
– merci à Alain Pneus pour les conseils et le service rendu.
– désolé pour Mathieu et son copilote, ils méritaient cette 3eme place.

ENCORE MERCI A TOUS